Au service d’un débat ouvert

Ils sont huit, engagés bénévolement au service du débat. Garants de la transparence, du pluralisme et de l’équité du débat, ils organisent rencontres et auditions et veillent à faire toute la lumière sur les différents points de vue. Leur mission finale : produire un rapport de synthèse et de préconisations destiné aux élus communautaires.

La commission du débat

La commission du débat pilote les échanges et rencontres au service d’un débat ouvert en toute indépendance.

La commission du débat, installée le 19 septembre 2014 par Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, est la garante des principes et valeurs démocratiques souhaités pour ce grand débat : respect des règles du débat, impartialité et transparence des informations, pluralisme des expressions et des expertises, accessibilité de tous au débat et à toutes les échelles (du quartier aux communes de l’agglomération).

Elle réalise à l’issue du débat et après le traitement de l’ensemble des productions la rédaction d’un rapport final soulignant tant les convergences sur les quatre thématiques que les points de divergences. Ce rapport sera remis à Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole en septembre 2015.

Il reviendra ensuite au conseil communautaire de décider des options qui engageront la métropole pour de nombreuses années tant pour les activités liées à la Loire, la mobilité et les franchissements, le développement de la centralité, l’aménagement des rives de Loire.

Composition de la commission

La commission est composée de :

  • Cinq personnalités proposées par les groupes politiques composant le conseil communautaire :
    • Philippe Audic, personnalité qualifiée,
    • Martine Staebler, habitant Malville, ancienne directrice du GIP Loire Estuaire,
    • Jean Yves Martin, géographe, ancien élu de la Chapelle-Launay, retraité,
    • Véronique Rivet, habitante de Saint-Sébastien-sur-Loire, membre de l’association « Faune et Flore »,
    • Elise Roy, sociologue à l’école d’architecture de Nantes.
  • Trois élus communautaires :
    • Fabrice Roussel, vice président de Nantes Métropole en charge du dialogue citoyen,
    • Alain Robert, adjoint à l’urbanisme de la Ville de Nantes,
    • Gérard Allard, vice président de Nantes Métropole et maire de Rezé.

La Commission agit et communique en toute indépendance. Elle a désigné en son sein deux porte-paroles, Philippe Audic et Martine Staebler.
La participation à la commission relève d’un engagement citoyen bénévole.

Les membres de la commission

Vdn00105804

Philippe Audic

Philippe Audic

Retraité du secteur développement économique
Président du conseil de développement

J’ai grandi à 1 km de la rive sud du fleuve. Je me souviens de ses respirations, liées aux marées, aux crues et aux étiages, et qui submergeaient les prairies de Loire, des pratiques de pêche artisanale, plus ou moins licites, dans les « boires ». Je me souviens de ces bateaux géants que je voyais remonter jusqu'aux quais de Nantes et qui semblaient glisser sur l’herbe des prairies. Et de l’obstacle que constituait le fleuve pour accéder aux bourgs du Nord Loire – Couëron, Basse-Indre – pourtant si proches visuellement. La Loire a été le moteur du développement de Nantes, fondé jusqu'au XXe siècle, sur le commerce et les activités industrialo-portuaires. L’enjeu du débat est de réapprendre à vivre avec le fleuve au cœur d'une métropole du XXIe siècle, en se le réappropriant par de nouvelles pratiques, en inventant de nouveaux « voyages » sur et autour de son lit. Ce débat sera réussi s’il permet de reconstruire des dialogues entre les habitants du Grand Nantes pour échanger sur l’avenir de leur territoire”.

 

Vdn00105778

Martine Staebler

Martine Staebler
Géographe, retraitée du secteur de l’urbanisme
Malville

Les différentes activités professionnelles que j’ai pu exercer m’ont toujours conduite sur la Loire et son estuaire. Et pourtant, tant de choses à apprendre encore et comprendre sur ces terres d’eau et de vie. De plus, il ne suffit pas de « savoir quelque peu », il faut transmettre ce « peu ». Et sur ces territoires encore quelquefois méconnus, quelle joie de participer à l’émergence d’une « culture commune ». Ceci ne peut se réaliser toutefois qu’en écoutant, débattant, donnant la connaissance, la recueillant, la transmettant. Débats avec tous et chacun, le territoire mérite ces échanges comme la Loire estuarienne et ses marais mélangent eau douce et salée. Pendant longtemps, dans une autre époque, les projets et les intérêts ne furent pas partagés et le fleuve s’en est retrouvé déconstruit voire saccagé. Aujourd’hui ? Le Débat ? Oui, j’adhère dans la mesure de ma petite expérience passée si elle peut être utile.

 

Vdn00105781

Gérard Allard

Gérard Allard
Maire de Rezé
Vice-président de Nantes Métropole

"La Loire, c’est pour moi des souvenirs d’enfance. Je l’ai parcourue jusqu’à l’estuaire avec mon père, officier mécanicien qui travaillait au remorquage. C’est aussi tout ce que j’entendais à la maison sur la vie grouillante du port de Nantes. De grands moments : les lancements avec la foule si fière de ses bateaux. Et surtout les hommes : les ouvriers, les marins, les dockers. Leurs luttes, leurs grèves. L’ouverture fascinante sur le monde avec ces cargos venus d’ailleurs et tout l’imaginaire que cela représentait lorsque je les contemplais des quais ! Aujourd’hui maire de Rezé, je suis aux premières loges pour envisager le devenir de ce territoire. Notre fleuve offre aujourd’hui de nouvelles opportunités de développement. Il est notre patrimoine naturel commun, notre trait d’union et un élément vivant de notre avenir. D’une rive à l’autre, les enjeux d’aménagement sont aussi forts. Au-delà du Port de Trentemoult qui doit être valorisé, je serai sensible aux idées et à l’inventivité des citoyens et acteurs de la cité pour réenchanter la ville et construire de nouveaux liens entre la rive nord et la rive sud. Je crois à l’intelligence collective. Étudions toutes les idées et place à la créativité !"

 

Vdn00105771

Elise Roy

Elise Roy
Architecte urbaniste
Nantes

Morceau de nature en ville, la Loire fait partie de mon paysage quotidien : elle anime un quart de ma fenêtre de bureau à l’école d’architecture. J’apprécie particulièrement les échappées du dimanche, un peu improvisées, sur ses berges de Mauves ou de Bouguenais, ou encore les traversées nautiques en bacs qu’elle permet. Lieu pluriel qui traverse de part en part la métropole, elle révèle la diversité des territoires qu’elle irrigue. Au-delà de sa valeur géographique et paysagère, elle a acquis, durant les 15 dernières années une nouvelle valeur d’usage gagnée par de petits et grands projets urbains. J’ai un véritable intérêt pour les discussions sur l’intérêt général. La ville est un bel objet de débat pour tenter de définir cet horizon commun, certes difficile à dégager de ce joyeux bazar que représente une métropole.

 

Vdn00105867

Jean-Yves Martin

Jean-Yves Martin
Géographe, retraité de l’éducation nationale
Ancien élu de la Chapelle Launay

C’est en lisant le récent "Dictionnaire amoureux de la Loire" (2014) que j’ai mesuré à quel point je suis ligérien. A chacun sa Loire, bien sûr. La mienne, c’est celle de Saint-Nazaire à Angers. Ma Loire c’est aussi le GR3 qui, remontant le fleuve jusqu’à sa source, part de Guérande, passe par la Brière, longe le Sillon de Bretagne jusqu’à Nantes, avec de nombreuses vues panoramiques sur l’estuaire. Et aussi l’observatoire de T.Kawamata à Lavau/Loire, symbole de la reconquête visuelle de cette rive du fleuve. Mon sentiment d’appartenance ligérien est surtout estuarien : la Basse-Loire de l’industrie et des chantiers navals, celle des luttes ouvrières. Géographe, je suis attentif aux phénomènes d’inégalités et de ségrégations. Le droit à la ville, c’est d’abord un droit d’accès pour tous à la centralité, y compris les invisibles des périphéries. Ce débat devra éviter l'écueil d’un débat d’initiés ou d’une opération de pur marketing territorial. Pour y parvenir, il faut se donner les moyens d’y associer les classes populaires. C’est un véritable défi à relever. Le débat, devra mériter en marchant son titre de grand débat citoyen. C’est le rôle de notre commission que d’y veiller de son mieux.

 

Vdn00105770

Alain Robert

Alain Robert
Adjoint au maire de Nantes
Vice-président de Nantes Métropole

Mon attachement à la Loire remonte à loin, à ma petite enfance au cours de laquelle je passais mes vacances à Bouchemaine, près d’Angers, à la jonction de la Maine et de la Loire. Bains et pique-niques familiaux sur les bords de Loire, au cours de mon enfance et encore aujourd’hui, m’ont toujours enchanté et profondément réjoui. Avec un grand-père cap hornier, j’ai aussi été fortement sensibilisé à l’ouverture de la Loire vers l’océan Atlantique et le monde entier. Habitant aujourd’hui le quartier Madeleine Champ de Mars, et pratiquant le vélo au quotidien, je ne me lasse pas du paysage ligérien urbain, de ses lumières et de ses éclairages. Adjoint à l’urbanisme et adjoint de quartier sur l’ile de Nantes, mon intérêt pour ce débat est très fort. Je veillerai à ce qu’il soit ouvert et ludique, sérieux et créatif. J’espère qu’il libérera des propos riches, et des contributions constructives. Une des idées qui m’est chère est de débattre autour de la Loire comme espace public à part entière, constitutif de la ville.

 

Vdn00105777

Véronique Rivet

Véronique Rivet
Technicienne informatique
Saint Sébastien sur Loire

La Loire, entre les bras desquels Nantes s’est fondée, a toujours été présente dans ma vie. Dans le ventre de ma maman, je la franchissais en urgence pour naître à Nantes. Enfant, j’imaginais avec mon frère naviguer dessus sur notre bateau fait de cageots à carottes primeurs. Adolescente, je la traversais en bus pour aller au lycée et grâce à des études de technicienne en environnement, je l’ai découverte plus en détails. J’ai appris que nous l’avions malmenée en la creusant. Adulte, je la traverse au quotidien pour aller travailler et maman à mon tour je la traverse en urgence pour accoucher. Peut-être suis-je comme ces civelles ou ces crapauds qui retournent vers cette eau que je bois, avec laquelle je mange et je me lave aussi ? Entre La Loire et moi, il existe une tendresse solidement ancrée. Je suis heureuse de participer à ce débat en tant qu’usagère, citoyenne, habitante, femme et maman. Je souhaite qu’il permette de collecter un maximum de rayonnements, à l’image d’un cristal, pour faire la lumière sur la Loire et nous.”

 

Vdn00105772

Fabrice Roussel

Fabrice Roussel
Maire de la Chapelle sur Erdre
Vice-président de Nantes Métropole

"Mon enfance à la Chapelle sur Erdre a été marquée par la découverte de la nature et des rivières de notre région. L’Erdre, bien sûr, en priorité, mais aussi la Loire. Amoureux du sport, et en particulier de la course à pied, je ne me lasse pas d’emprunter les parcours des bords de l’Erdre et de Loire, mesurant à chaque sortie la chance que nous avons et surtout, notre responsabilité d’en maintenir le charme et la qualité. Le choix de ma délégation à Nantes Métropole, « Proximité, relations avec les usagers, dialogue citoyen » illustre parfaitement l’importance que j’accorde au débat public et au dialogue citoyen. Depuis 2008, avec les ateliers citoyens sur le Climat, les déplacements doux, avec l’appel à projets citoyens « Nantes Capitale verte », j’ai découvert l’intérêt et la richesse des démarches participatives pour le devenir de notre métropole. Cette nouvelle aventure participative qu’est le débat sur la Loire, sera pour moi, une occasion pour remettre en mouvement la dynamique citoyenne."