Les préconisations de la commission sur le thème « La Loire, la mobilité et les franchissements »

Les habitants ont été nombreux à partager leurs idées et leurs avis sur les futurs franchissements de la Loire

Le journal

« Qu’on y habite, qu’on y travaille, ou qu’on souhaite simplement venir y consommer, la question de l’accès à la centralité métropolitaine et des franchissements de Loire se pose, tout comme celle de la mobilité à l’intérieur de son périmètre. Comment accueillir plus de personnes avec moins de voitures ? Quels franchissements de la Loire et pour quels usages ? ». C’est avec de nombreuses questions que le thème avait été lancé en octobre 2014, et les acteurs du territoire comme les habitants ont pris la parole pour proposer de nouvelles solutions et s’opposer à d’autres.

"Peut on imaginer une ligne de navibus déservant le centre de l'agglomération notamment l'ile de Nantes et le futur CHU depuis les villes de l'agglomération et les quartiers de Nantes situés en amont et en aval ?" Contribution d'Erwan le 23/10/2014

3 constats

La commission a fait 3 constats importants à la suite des 9 mois de débat, grâce aux études réalisées et aux experts qui se sont exprimés mais également aux témoignages des citoyens, de leurs idées et de leurs questionnements.

La Métropole nantaise est dynamique : elle compte 600 000 habitants qui effectuent 2,1 millions de déplacements par jour. À l’horizon 2030, ce sont 100 000  nouveaux habitants qui sont attendus, susceptibles de générer 350 000 franchissements supplémentaires.

On franchit la Loire au centre : tous modes confondus, c’est au centre-ville qu’il y a le plus de franchissements et c’est là aussi qu’il y a la plus forte augmentation. Par ailleurs, les habitants l’ont bien fait remarquer, il existe un réel déséquilibre nord-sud parmi les 47 200 actifs de la Métropole qui franchissent chaque jour la Loire pour aller travailler.

Des constats sévères fait par les habitants et les usagers : l’engorgement quasi-constant des voies de franchissement par les véhicules, en particulier voitures et camions avec des pics aux heures de pointe, un périphérique régulièrement saturé, des ponts intra-périphériques qui doivent supporter une part de la circulation pour laquelle ils ne sont pas faits, etc...

Nm008624

Les préconisations de la commission

Les propositions des habitants ont été particulièrement nombreuses sur ce thème : la création de nouveaux ouvrages, l’amélioration des ouvrages existants, l’utilisation du fleuve comme support de mobilité, le développement des modes de transport alternatifs et enfin des demandes de transports collectifs nord-sud extra-périphérique.

Poursuivre l’action sur les comportements de mobilité

La commission considère qu’il faut articuler une combinaison de solutions pour compléter l’apport de nouveaux ouvrages, et surtout qu’il est primordial de poursuivre et d’intensifier l’action sur les comportements de mobilité tout en développant les infrastructures dédiées aux modes doux et aux autres modes alternatifs à la voiture dite « solo ».

Optimiser en priorité les ouvrages existants

Avant de réaliser de nouveaux ouvrages, la commission recommande d’optimiser en priorité ceux existants, avec notamment l’objectif de favoriser la diversification des modes de déplacement.

Développer une mobilité fluviale

Les membres de la commission on rapidement noté une très forte demande de développement du réseau de transport fluvial, et estiment pertinent de développer une offre de mobilité plus conséquente avec la création de nouvelles lignes de navibus connectées au réseau terrestre.

_dsc2122

La création de nouveaux ouvrages

Parmi ceux mis au débat, seuls 3 d’entre eux présentent un intérêt : le pont à transbordeur, l’élargissement du pont Anne de Bretagne et le tunnel reliant la pointe ouest de l’ile de Nantes au pont de Cheviré.

Selon la commission, le pont à transbordeur n’est pas une solution à mettre en œuvre dans un 1er temps pour des questions d’efficacité mais plutôt lorsque l’attractivité et l’intérêt touristique seront démontrés. Concernant l’étude de Nantes métropole, « elle ne semble pas être allée au bout de la question et la commission demande une nouvelle investigation plus rigoureuse et approfondie. »

Considérant la situation actuelle (les engorgements), la croissance annoncée du nombre des franchissements et l’ouverture du CHU prévue pour 2025, la commission préconise d’engager rapidement l’élargissement voire le doublement du pont Anne de Bretagne, seule solution susceptible d’être mise en service à cet horizon.

« La solution du tunnel, impossible à mettre en œuvre dans de tels délais devra être réévaluée au regard des effets de la combinaison des actions mises en œuvre dans la 1er phase. »

Au vue de l’urgence de la situation, la commission a demandé à Nantes Métropole de faire des annonces claires dès décembre 2015. Rendez-vous le 15 décembre !

Il y a 0 commentaires. Accéder aux commentaires