Les préconisations de la commission sur le thème « Loire, cœur métropolitain, attractivité et qualité urbaine »

Au sein de ce thème, des espaces cristallisent des attentes fortes comme le quai de la fosse ou la place de la Petite Hollande

Le journal

Ce 4e et dernier thème abordé lors de ce grand débat visait à mettre en perspective le développement métropolitain et les choix urbains, à la lumière des rapports ville/fleuve. Le thème concernait des projets qui s'égrènent tout au long du fleuve et concernent l'ensemble du territoire métropolitain, posant la question "que faire de notre espace urbano-fluvial ?"

"Si en plus de l'agrément que l'on pourrait tirer de berges bien aménagées et d'une accessibilité partagée (dont voitures) , l'enseignement supérieure, le commerce et les services sont pris en compte, alors, ce serait parfait ! " Contribution de Christophe, le 21/12/2014

Un thème «réceptacle» et de convergence du Grand Débat

La commission du débat est partie de nombreux constats pour rédiger ses préconisations, grâce aux diverses études réalisées, aux experts qui se sont exprimés, mais également aux témoignages des citoyens, de leurs idées et de leurs questionnements.

La métropole, en pleine mutation, subit des développements démographiques et économiques importants. L’espace urbano-fluvial est un espace de renouvellement potentiel (Bas Chantenay, Pirmil les iles, etc…) et l’envie de réinvestir les zones délaissées apparait de plus en plus forte. L’aménagement des berges, pour s’y déplacer, s’y promener, y faire du sport, s’accompagne aussi d’une envie d’intensifier des usages publics de nos espaces métropolitains. Le développement du commerce, voire d’une zone commerciale en bord de Loire semble également être pour certains un enjeu d’attractivité. Or la Loire est un fleuve particulier avec un marnage important et des courants forts, et le risque d’inondations ne doit pas être sous-estimé.

Le_pellerin

La commission propose 5 familles de préconisations

Révéler, protéger et mettre en valeur un patrimoine urbain inhérent au fleuve. La commission préconise de mettre en œuvre les actions utiles à l’inventaire, à la protection et à la mise en valeur de tout un patrimoine inhérent au fleuve disséminé dans l’espace métropolitain. Des actions fortes, comme par exemple la remise en état nécessaire des ouvrages et des quais, pourront mobiliser des contributeurs au débat, qui sont apparus comme de véritables experts lorsqu’ils sont venus pointer du doigt des lieux ou des éléments du patrimoine.

Se saisir des documents de planification pour agir au service d’une qualité urbaine. Qualité qui passe par un rééquilibrage entre la répartition des activités au nord et au sud et entre l’offre urbaine de cœur de Métropole et l’offre répartie sur l’ensemble du territoire métropolitain. A court terme aussi le débat peut se concrétiser, comme dans le cadre de la révision du PLUM, et la commission propose de s’en saisir pour " commencer à agir par et pour le fleuve en passant par la mise à l’étude d’un volet qui s’intitulerait, " Loire et qualité urbaine", dédié au nouveau rapport que l’on entend tisser entre ville et fleuve. Une sorte de feuille de route pour avancer collectivement sur le sujet. "

2012_lunar_tree

Agir  pour  la  qualité  de  vie  au  quotidien  et  l’attractivité Métropolitaine. Une 3e préconisation qui vient souligner l’enjeu d’équilibre entre des projets et des actions qui viennent en soutien à l’attractivité économique de grande échelle, à des enjeux de rayonnement d’un développement touristique et d’autre part des actions qui visent une qualité de vie au quotidien des métropolitains. C’est bien un enjeu de répartition des moyens qui est en question ici.

Faire de la Loire l’axe d’un projet urbain : petits et grands projets autour d’un fleuve. A court terme, la commission a tiré un enjeu important du débat qui est de mettre rapidement en œuvre une coordination des grands projets au bord du fleuve comme le Bas Chantenay, Malakoff-Pré Gauchet et Pirmil-Les-Isles. "On voit apparaitre avec ce grand débat l’enjeu de dessiner un stratégie d’ensemble, un grand projet urbain métropolitain qui se déroule au fil du fleuve et qui se saisit des projet nés dans les communes riveraines".

Renouveler des espaces de la Petite Hollande. Le constat de la commission est que cet espace met en contact l’hyper-centre et le fleuve, qu’il est majeur par ses usages, ses grandes manifestations et son marché, qu'il est impératif de conserver. Les habitants veulent se réapproprier le lieu, le valoriser, en faire une esplanade, etc… La préconisation de la commission est de commander des études complémentaires, qui seraient faites à une échelle pertinente, "intégrant le quai de la Fosse et le site de l’actuel CHU".

Rendez-vous le 15 décembre pour les réponses de Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, au rapport de la commission !

Il y a 0 commentaires. Accéder aux commentaires