Préserver

D’ici 20 ans, 100 000 habitants supplémentaires rejoindront la métropole. Comment conserver à la fois une centralité métropolitaine attractive et un cadre de vie de qualité ? Comment à la fois protéger et se développer ? Comment concilier protection de la ressource en eau et préservation du fleuve ?

Préserver

Préserver, c’est préserver notre cadre de vie comme notre environnement mais aussi préserver une centralité métropolitaine attractive, assurant rayonnement et proximité.

Ce cadre de vie de qualité se mesure à ses paysages, ses identités de quartiers, ses repères historiques, ses ponctuations vertes et ses grandes continuités végétales. La centralité métropolitaine compte aujourd’hui 12% d’espaces naturels protégés et 46 parcs et jardins sur autant d’hectares et qui permettent à chaque habitant de résider à moins de 300 mètres d’un espace vert. Le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) de 126 hectares compte 114 monuments historiques inscrits ou classés.

Le cadre de vie se mesure aussi à la qualité de l’eau, à la biodiversité et à l’agriculture dans un monde fini où les ressources s’épuisent. A l’échelle de l’agglomération, nous utilisons 3 prises d’eau dans la Loire pour l’alimentation en eau potable, nous rejetons 50 millions de m3 d’eaux usées par an et chaque habitant produit 497 kg de déchets par an.

Préserver c’est maintenir ainsi un ensemble urbain et naturel interdépendants dans un équilibre toujours sous tension. Il s’agit aussi de préserver sans figer, en s’adaptant aux nouvelles attentes contemporaines. Afin de se donner les moyens d’accueillir dans de bonnes conditions 100 000 nouveaux habitants à l’horizon de 20 ans.

Pictointerrogation%202

Comment à la fois protéger et se développer ?

Peut-on concilier l’utilisation de la ressource en eau du fleuve et sa préservation ?

Jusqu’où aller dans la protection des sites et des bâtiments ?

Il y a 1 commentaire. Accéder aux commentaires