Se soigner

Entre rôle de proximité et enjeu de rayonnement par l’excellence, les services de soins et de santé ont une position essentielle en cœur d’agglomération. Quel impact du transfert du CHU sur l’organisation médicale? Les projets urbains pourraient-ils favoriser l’activité physique?

Se soigner

Aujourd’hui, la capacité médicale hospitalière de la métropole nantaise est principalement située dans le cœur d’agglomération et sur les rives de Loire dont 5 des 9 sites du CHU et les Nouvelles cliniques nantaises. Au CHU, les ¾ des patients hospitalisés viennent de Loire-Atlantique dont plus de la moitié de l’agglomération nantaise.

Aujourd’hui, la santé devient le marqueur incontournable d’une agglomération moderne. Le cœur de l’agglomération nantaise fait donc face à deux enjeux médicaux : la proximité, avec une offre de soin adaptée à la population résidente, et le rayonnement, en proposant une offre de soin rare (le service des brûlés du CHU accueille 45% de patients hors région).

Le pari du déplacement du CHU est de concentrer en cœur d’agglomération les plateaux techniques coûteux, tout en organisant l’offre de soin de proximité dans l’agglomération par le développement de l’ambulatoire.

On note enfin que la santé, l’action sociale et l’hébergement médico-social regroupent plus de 30 000 emplois sur le territoire métropolitain. Dans la centralité, c’est plus d’un emploi sur 4.

Pictointerrogation%202

Comment articuler l’organisation sanitaire de l’agglomération avec la nouvelle implantation du CHU ?

Les projets urbains peuvent-ils se mettre au service d’une politique de santé ?

La santé pourrait-elle devenir un secteur clé du développement de l’agglomération ?

Il y a 1 commentaire. Accéder aux commentaires