13e et dernière audition du grand débat

Pour la dernière audition de ce grand débat, 3 experts étaient présents pour nous parler du thème de l’attractivité du cœur métropolitain. Ces auditionnés, architectes et urbanistes, nous ont éclairé sur les différents projets du centre-ville, notamment celui de la place de la Petite Hollande

Le journal

Bruno Coussy nous a parlé de l’Histoire de Nantes, qui a organisé la forme urbaine et nous a révélé l’impact de l’activité industrielle, de la guerre ou encore des comblements qui ont formé ce centre-ville original. Aujourd’hui il s’est beaucoup élargit et s’est divisé en plusieurs quartiers et on constate que c’est à travers lui que Nantes cherche son identité, avec l’ambition de donner une image dynamique d’une ville en train de se construire.

A propos de la place de la Petite hollande, c’est pour lui l’espace le + riche et porteur de Nantes. « Elle semble être le meilleur emplacement commercial pour accueillir un nouveau programme mixte ».

Quant à la mobilité, Bruno Coussy considère que la ville a une politique innovante de transports en communs mais la segmentation des espaces pour les différents transports fait qu’aujourd’hui, le piéton à un peu de mal à trouver sa place.

C’est ensuite Philippe Vincent  qui s’est exprimé, exclusivement sur le projet de la petite Hollande : « pour un lieu animé, culturel et commercial ». C’est avec une analyse du monde de la consommation que l’urbaniste a commencé son audition : « nous sommes à un tournant, les choses bougent et les consommateurs évoluent ».  

Depuis 2008 on constate une baisse de la consommation, expliquée par le phénomène d’e-commerce mais aussi par les valeurs qui évoluent (échange, troc, occasion…). Tout cela a entraîné « un mouvement de départ des enseignes de centres villes vers les retails parks en périphérie, renforcé par la rareté des surfaces en centre-ville » (exemple d’Atlantis).

Pour Philippe Vincent, le centre-ville a une tendance fragile qu’il faudrait donc renforcer par de nouvelles enseignes et de nouvelles fonctions, et la petite Hollande présente une opportunité car c’est le cœur marchand de la ville qu’il faut absolument garder.

Vdn00112307

Pour finir c’est Bruno Fortier qui nous a parlé de l’avenir de la place de la petite Hollande par ses dimensions, ses atouts et ses contraintes.

Que fait-on de la petite Hollande ? C’est un espace très fréquenté le jour du marché mais « pas sexy le reste du temps, qui a l’air vide sans l’être car le tunnel du train passe en dessous (pas de parking possible). Aujourd’hui il parait primordial de maintenir le marché tout en installant un pôle culturel et commercial à cet endroit.

Au jeu de questions-réponses, les 3 experts ont répondu ensemble et de façon complémentaire.

A la question « quel est le commerce de demain, pour faire face au e-commerce ? » Ils répondent :
« Aujourd’hui ce qui motive les consommateurs, les nantais, ce sont d’autres besoins. Un commerce interconnecté, en lien avec le digital mais aussi associé à la vie. Il faut amener une salle de spectacle, apporter de la culture. »

Aujourd’hui nous avons à Nantes des espaces de commerces vides (Feydeau). Il ne suffit pas de construire des mètres carrés, il faut les remplir : comment ? « Quand on a des espaces valorisants, c’est toujours plus facile. Quand on transforme un ancien parking en un espace de commerce, ça peut ne pas marcher. L’enjeu est de faire en sorte que le centre-ville continue de se développer malgré la périphérie. Le paysage qu’il va créer va être très intéressant. »

Retrouvez dès la semaine prochaine la vidéo de cette audition, et téléchargez dès à présent la présentation des auditionnés.

Il y a 1 commentaire. Accéder aux commentaires