Qu'est-ce que le thème "Loire, cœur métropolitain, attractivité et qualité urbaine"

Renforcer l'attractivité du centre et ménager une qualité de vie au quotidien

Le journal

Cette semaine, nous abordons le 4ème thème de ce grand débat "Loire, cœur métropolitain, attractivité et qualité urbaine" avec la 10ème audition publique. De quels enjeux traitent ce sujet, quels sont les projets lié à cette thématique, voici quelques éléments pour vous éclairer, et surtout pour vous aider à vous approprier cette partie du débat.

De par la croissance naturelle de la population et les nouveaux arrivants, on attend 100 000 nouveaux arrivants dans les 20 prochaines années au sein de la métropole nantaise. Les besoins de la population seront pourtant les mêmes dans 20 ans: un logement accessible, un emploi de qualité, la possibilité de se former, des loisirs variés, des solutions de mobilité adaptés et un cadre de vie agréable. 5 usages se croisent et se complètent.

Habiter

Le cœur d’agglomération compte 84 500 logements, soit 28% des logements de la métropole. La croissance du parc de logements y est moins rapide que sur Nantes Métropole et les prix immobiliers y sont supérieurs à la moyenne. Au centre, les 2 principaux critères de choix du logement sont la proximité des commerces et des transports là où la présence d’un jardin ou d’un espace vert de proximité prime pour les habitants de l’agglomération.
Avec une croissance démographique forte et un foncier qui se raréfie, la centralité métropolitaine est concernée au premier chef par la nécessité de maintenir la dynamique de construction de nouveaux logements, financièrement abordables et énergétiquement économes, afin de permettre à chacun de se loger tout en préservant la qualité du cadre de vie.

Comment permettre des parcours résidentiels au sein du cœur d’agglomération ?
Les berges de Loire doivent elles devenir demain des sites privilégiés pour l’habitat ?
Comment préserver l’identité du patrimoine bâti et permettre sa réhabilitation, notamment au plan énergétique ?

 

5-logement-social-pointe-ile-beaulieu

Se former

La métropole nantaise offre tout l’éventail du dispositif de formation. La grande majorité des 52 600 étudiants de l’enseignement supérieur étudient à l’intérieur du périphérique. Demain, le quartier de la création en bord de Loire accueillera 4 000 étudiants à proximité de la Loire.
Les effectifs scolaires de l’élémentaire au lycée sont en baisse depuis 2003 sur l’agglomération. Cette baisse est plus accentuée encore dans la centralité métropolitaine : les familles ont tendance à migrer vers le périurbain, faute de logements adaptés.
Preuve de son ancrage fluvio-maritime, Nantes dispose aussi de l’une des quatre écoles nationales de la marine marchande et du Lycée professionnel maritime Jacques Cassard.

Peut-on vivre, étudier et travailler au cœur de l’agglomération quels que soient ses revenus ?
La formation doit-elle contribuer à renforcer la vocation maritime et fluviale de la métropole ?
Comment faire de Nantes Métropôle un pôle d’enseignement supérieur visible ?

Nm010030

Lycée international

Se soigner

La capacité médicale hospitalière actuelle de la métropole nantaise est principalement située dans le cœur d’agglomération et sur les rives de Loire dont 5 des 9 sites du CHU et les Nouvelles cliniques nantaises. Au CHU, les ¾ des patients hospitalisés viennent de Loire-Atlantique dont plus de la moitié de l’agglomération nantaise.
Aujourd’hui, la santé devient le marqueur incontournable d’une agglomération moderne. Le cœur de l’agglomération nantaise fait donc face à deux enjeux médicaux : la proximité et le rayonnement.
Le pari du déplacement du CHU est de concentrer en cœur d’agglomération les plateaux techniques coûteux, tout en organisant l’offre de soin de proximité dans l’agglomération par le développement de l’ambulatoire. A noter que l’action sociale et l’hébergement médico-social regroupent plus de 30 000 emplois sur le territoire métropolitain.

Comment articuler l’organisation sanitaire de l’agglomération avec la nouvelle implantation du CHU ?
Les projets urbains peuvent-ils se mettre au service d’une politique de santé ?
La santé pourrait-elle devenir un secteur clé du développement de l’agglomération ?

Nm003838

Consommer

Aujourd’hui, le développement de pôles commerciaux de périphérie, le vieillissement de la population et l’évolution des modes de vie (e-commerce, circuits courts) interrogent sur la fonction de proximité et de rayonnement commercial du cœur de l’agglomération nantaise. Et laissent peut-être augurer d’une nouvelle place pour le fleuve.
L’hypercentre de l’agglomération compte 126 000 m2 commerciaux en 2010 soit 13% de plus qu’en 2007. 1175 points de vente y sont recensés soit 15% des surfaces commerciales de l’agglomération. Et 3800 emplois sont concernés.
En regard de l’agglomération, la centralité métropolitaine concentre les commerces d’équipement de la personne et les biens culture/loisir ainsi que le secteur de l’hygiène/santé/beauté. A contrario, les surfaces commerciales alimentaires y sont sous-représentées ainsi que les magasins d’équipement de la maison qui nécessitent de grandes surfaces et une logistique plus lourde.

Comment faire du commerce un élément d’attractivité pour le cœur d’agglomération ?
Comment éviter la disparition progressive du commerce de proximité?
Comment prendre en compte les effets du e-commerce sur l’aménagement commercial du cœur d’agglomération ?
La Loire a-t-elle un rôle à jouer dans les modes de livraison ?

Exercer sa citoyenneté

La centralité métropolitaine doit aussi répondre aux besoins de proximité des habitants (éducation, déplacements, santé, culture, loisirs, déchets, eau…) et leur assurer l’égalité d’accès aux droits.
De son côté, le tissu associatif dense et actif de l’agglomération (52% des habitants adhèrent à l’une des 10 000 associations) contribue grandement au développement local et au renforcement du lien social. Mais en sera-t-il toujours ainsi ?
Avec l’évolution des pratiques individuelles et collectives, les mutations démographiques, les évolutions technologiques (e-administration, open data), il s’agit bien aujourd’hui de repenser le service rendu au citoyen, ainsi que son implication et sa participation à la vie de la cité.

Comment et jusqu’où construire les politiques publiques avec les habitants ?
Comment tirer profit du numérique dans l’exercice de la citoyenneté ?
Comment lutter contre la fracture numérique ?
Comment soutenir efficacement le monde associatif et les innovations sociales ?

5-pl-commerce_cafes

Retrouvez toutes les informations sur ce thème dans le document socle en ligne en cliquant ici et découvrez l'ensemble du thème, ses enjeux et les cartes explicatives en cliquant là.
La prochaine audition publique traitera de ce thème et aura lieu jeudi 12 mars à 18h au CCo de la tour Bretagne, avec 2 auditionnés: Laurent Devisme et Frédéric Bonnet.

 

Doriane, community manager du grand débat

Il y a 0 commentaires. Accéder aux commentaires